Une aventure humaine qui a commencé en Septembre 2019

Début septembre, partant du constat qu’en 2014, 47 % des inscrit·es sur les listes électorales ne se sont pas déplacé·es pour les élections municipales (5 points de moins que la moyenne nationale) et que le maire actuel en place depuis plus de 40 ans, autocrate notoire, n’est pas du tout à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux de notre époque, un petit groupe d’insoumis·es décide de lancer une liste participative pour fédérer les Villeneuvoises et Villeneuvois dégouté·es de la politique.

Redonner une chance à la démocratie

Ce petit groupe fait appel à Gabriel Amard, depuis peu dans la métropole lilloise, pour son expérience d’élu et ses compétences entre autres dans les méthodes d’éducation populaire. Celui-ci répond favorablement et s’engage à accompagner jusqu’au bout si nécessaire le groupe qui se forme.

« Décidez vous-mêmes pour Villeneuve d’Ascq », liste participative soutenue par la France insoumise naît lors d’une conférence de presse en présence de notre député Ugo Bernalicis.

Se faire connaître

Il s’agit alors de se faire connaître, de faire comprendre ce qu’est une liste participative, ouverte à tous les citoyen·nes qui se reconnaissent dans nos valeurs. C’est le contraire des méthodes classiques encore pratiquées par les politiques vintages où chacun·e est invité·e à se ranger derrière un·e candidat·e sensé·e apporter la bonne parole. Méthodes qui ont amené la moitié des électeurs et électrices à ne pas se déplacer aux dernières élections municipales.

Une lettre distribuée dans tous les foyers

Un premier document présentant notre démarche est imprimé et distribué dans toutes les boites de la ville. Nous y faisons apparaître clairement nos valeurs et nos marqueurs politiques dans lesquels par exemple des macroniens ou des sympathisants d’extrême-droite ne pourraient pas se reconnaître. Nous y parlons d’urgence sociale, d’urgence climatique, et d’urgence citoyenne, les trois étant pour nous intimement liées. Nous insistons particulièrement sur la nécessité de faire avec et pour les citoyen·nes, notre volonté étant de lutter contre la monarchie municipale particulièrement incarnée à Villeneuve d’Ascq.

Une plateforme internet participative

Un site web participatif est lancé et très vite toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans nos valeurs peuvent apporter leur soutien puis des propositions programmatiques. Plus de 250 propositions ont ainsi été collectées, les contributeurs pouvant aussi annoter et commenter les propositions des autres. Une première ébauche de programme participatif était née.

Notre volonté de faire avec les citoyen·nes (construisons et décidons ensemble) et pas en leur nom (votez pour moi, je sais ce qui est bon pour vous), se traduit déjà dans l’élaboration du programme, le cadre étant posé, les éléments de contenu sont énoncés par les citoyen·nes et discutés entre eux.

Des ateliers citoyens participatifs

La participation citoyenne se traduit aussi dans nos méthodes de travail, les ateliers thématiques organisés sur toute la ville se déroulent selon des techniques de l’éducation populaire auxquelles Gabriel Amard nous a initiés. Travail en petits groupes, temps de parole réparti équitablement, débats mouvants pour échanger, se convaincre et décider, transparence totale, toutes ces techniques génèrent de la confiance chez les participants qui constatent que nous co-construisons ensemble. Chacun·e de nous prend conscience que la politique est accessible à tous et qu’elle ne doit pas être réservée à des professionnel·les. Nous voyons naître des idées fortes résultant de l’intelligence collective. À chaque séance, les nouvelles et nouveaux venu·es en curieux ressortent enchanté·es et convaincu·es : Oui nous pouvons décider nous-mêmes ! Petit à petit le groupe grossit et des Villeneuvois·es viennent nous rejoindre, pour qui il s’agit souvent du premier engagement politique.

Nos méthodes de travail basées sur la collégialité deviennent aussi importantes que le contenu produit, car elles mettent en avant le déficit de citoyenneté à Villeneuve d’Ascq, elles montrent que l’implication citoyenne est nécessaire et productive. Les décisions sont acceptées et portées par les habitant·es quand elles ont été élaborées avec elles et eux.

Des rencontres et de la communication en ligne

Parallèlement à ces ateliers, nous menons de nombreuses actions de terrain comme des « porteurs de paroles » pour recueillir sans filtre le ressenti, les envies, les colères des habitant·es. Ces rencontres sont d’une grande richesse et nous confortent dans l’idée qu’il est temps de tourner une page à Villeneuve d’Ascq. La politique du XXe siècle a assez duré, il est urgent de passer à une démocratie participative consciente et efficace face à l’urgence climatique et qui ne laisse pas sur le côté une partie de la population.

Nous cherchons à mettre en valeur toutes ces actions sur les réseaux sociaux afin d’en faire la promotion et d’en expliquer la teneur.

Se former pour exercer le pouvoir

Parce que notre volonté de remporter les élections est forte et sincère, nous avons le souci de nous y préparer sérieusement. Ainsi nous avons organisé des ateliers des délibérations en sollicitant l’accompagnement de juristes confirmés et plusieurs formations ouvertes aux citoyen·nes sur des thèmes comme « Le budget municipal » avec Gabriel Amard ou « Droits et devoirs des élus » avec Raymond Avriller, ou encore « En finir avec le béton, nous avons les solutions » avec Michel Philippo de l’association LÉSA.


La participation citoyenne ne doit pas faire oublier que la formation des élus est indispensable.

Élaboration participative de la liste

Il y a ceux qui disent et ceux qui font

Début décembre, nous avons ouvert sur notre site, une double possibilité : déposer sa propre candidature pour être membre de la liste, et proposer la candidature d’un·e villeneuvois·e qui apparaissait comme une personne ayant les qualités pour être membre de la liste.

 

Il s’agissait alors de solliciter des vocations parmi les citoyen·nes. C’était un pari osé qui a payé au-delà de nos espérances. Très vite, des candidatures sont arrivées largement au-delà du premier cercle des gens déjà mobilisés, des habitant·es conscient·es, se reconnaissant dans nos valeurs et qui voulaient aider, participer à la vie de la commune. Puis nous avons vu arriver des propositions de candidatures, dont plusieurs se sont transformées en candidatures. Des proposé·es, parfois étonné·es qu’on ait pensé à elles et eux, se sont pris·es au jeu et ont accepté d’être candidat·e.


Parallèlement, tous les soutiens de la liste pouvaient commenter les candidatures et donner une appréciation, à la manière d’une élection sans candidat.

 

Résultat de tout cela, une soixantaine de candidatures/propositions, aucune farfelue ou malveillante, aucun commentaire désobligeant, le tout affiché en temps réel sur le site en totale transparence. Ce fut à nouveau une grande satisfaction, nos méthodes fonctionnent, elles plaisent, elles incitent à la participation.

Le classement de la liste

La participation, l’implication citoyenne, la collégialité sont nos marques de fabrique et nous voulons les incarner jusqu’au bout du processus électoral et au-delà comme méthode de travail lorsque nous dirigerons la commune.

 

Dans notre programme, nous avons de nombreuses propositions sur la participation active des citoyen·nes, sur les contre-pouvoirs citoyens, sur la gouvernance avec les habitants, les décisions partagées, autant d’éléments visant à mettre à bas la monarchie municipale et la délégation des pleins pouvoirs à une seule personne. Il était donc important que cela se traduise concrètement dans notre proposition de liste, aussi nous avons collectivement décidé en assemblée générale des signataires de mettre en avant non pas une seule personne mais trois avec des fonctions séparées :

 

  • tête de liste, chef·fe de file à la métropole européenne de Lille (MÉL) ;
  • garant·e des contre-pouvoirs citoyens ;
  • candidat·e maire.

 

Par cette présentation en rupture avec les méthodes anciennes et archaïques, responsables du désintérêt des citoyens, nous voulons afficher notre volonté de travail collégial, le ou la maire n’étant qu’un élément, certes important, mais pas unique d’un collectif au service du bien commun. Nous marquons ainsi notre désaccord avec la personnification outrancière d’une tête de liste unique incarnant les pleins pouvoirs concentrés sur un·e seul·e.

 

Nous comptons exercer le pouvoir comme nous avons construit notre liste, de manière collégiale, participative, avec et pour les habitant·es, le·la garant·e des contre-pouvoirs citoyens affichant clairement cette volonté de continuer dans cette voie. Notre programme n’est pas une liste de promesses sans suite, nous nous engageons par cette représentation à favoriser et respecter les instances citoyennes dans les décisions municipales.


Enfin, notre tête de liste sera le·la chef·fe de file à la MÉL, ce qui permet de faire de la pédagogie auprès des électeurs et électrices en indiquant clairement que beaucoup de décisions ne relèvent pas du conseil municipal mais de la communauté urbaine. Nous montrons ainsi qu’en séparant les fonctions et les pouvoirs, nous avons pleinement conscience du travail conséquent nécessaire pour travailler sur les dossiers métropolitains. Le maire actuel de Villeneuve d'Ascq, qui a déjà cumulé plus de 101 mandats dans sa carrière, cumule encore aujourd’hui les fonctions (et les indemnités !) de maire et de vice-président de la MÉL… mais la moitié de ses concitoyens ne votent plus.

Notre trio de tête

Après avoir validé le principe d’une triple tête de liste en assemblée générale et pratiqué des appels à candidature sur les trois fonctions, trois personnes se sont proposées en réunion plénière et le choix a été ensuite très largement plébiscité par un vote en ligne ouvert à tous les signataires.

L’ordonnancement de la liste

Nous avions 55 candidat·es pour les 46 places restantes, il a donc fallu prendre des décisions et trancher. En assemblée générale des soutiens, chaque candidat·e a été invité·e à préciser dans quelle zone de la liste il·elle préférait se trouver. En tenant compte des contraintes objectives (alternance femme/homme, représentation des quartiers, mélange des âges, mixité sociale…), des souhaits des candidat·e·s et des votes sur la plateforme, un groupe de travail constitué sur la base du volontariat a fait une proposition de classement. Cette proposition a été présentée lors d’une assemblée générale et adoptée à l’unanimité.

 

Par ce processus, nous avons une fois de plus vérifié que la collégialité des décisions écartait les intérêts privés au profit de l’intérêt général. Nous nous sommes félicité·es de participer à une liste où personne n’a revendiqué une place pour elle-même mais où chacun·e est fier·ère de contribuer à la réussite du projet commun.
 

Une main tendue… qui n’a pas été saisie

Parallèlement à cette construction innovante, impliquante et qui a amené beaucoup de citoyen·nes parfois très éloigné·es, voire dégouté·es de la politique, à nous rejoindre pour « décider eux-mêmes », notre liste a en permanence été vigilante à ne prendre aucune décision qui rendrait impossible un rassemblement avec un autre collectif citoyen écolo et solidaire villeneuvois. En effet, lors d’une rencontre avec ce collectif en octobre, nous avions décidé de suivre nos routes respectives et de nous revoir fin janvier ou début février pour envisager une éventuelle fusion de nos listes. Nous avons donc repris contact en janvier et fait une proposition décidée collectivement et acceptée à l’unanimité en assemblée générale de nos signataires. Cette proposition était claire, équitable et respectueuse de tous : nous proposions de fusionner les deux listes en attribuant (soit par choix consenti, soit par tirage au sort) la tête de liste d’un côté, le garant des contre-pouvoirs et le candidat maire à l’autre liste, puis de fusionner les listes dans l’ordre, deux candidats par deux candidats.

 

Après une rencontre des collectifs et de nombreuses réunions de délégations mandatées, le collectif citoyen, écolo et solidaire a refusé cette proposition sans en formuler aucune autre.

 

Nous avons pris acte de leur décision et dans la foulée avons déposé notre liste en préfecture.

 

La campagne bat son plein, et nous sommes aujourd’hui nombreuses et nombreux sur le terrain pour faire du porte-à-porte, expliquer, impliquer, appeler à nous rejoindre et à voter pour notre liste dont la première des caractéristiques est et restera une fois élue : avec et pour les citoyens.